Site de l'université de Franche-Comté
Labo Adcost-elliadd

Journée de séminaire - Jeudi 20 décembre 2012

 - organisée par l'équipe ADCoST et ouverte à tous les collègues et doctorants
 - Bibliothèque Thomas Aron, à partir de 10H

1) Eyman SIDDIG HASSAN : « Dynamique des représentations et des pratiques langagières de sujets plurilingues soudanais : quel rapport à l’altérité ? »
2) Julien AUBOUSSIER : « La régulation hégémonique du discours social ».
3) Jean-Marie VIPREY: « Que faire d'un milliard de mots ? »

Arguments:

1) Eyman SIDDIG HASSAN :

Les pratiques sociales et les représentations dans leur évolution historique donne une ossature à la langue, dans laquelle se fonde à la fois l’histoire et la (les) culture(s) d’une société selon des enjeux sociopolitiques et économiques. La langue est certainement un appareil idéologique ayant un pouvoir symbolique qui nécessite de promouvoir l’enseignement en tenant compte des acteurs sociaux. Les langues sont ainsi un appel à l’altérité : si elles nous invitent à nous connaître et à reconnaître l’autre, c’est pour nous amener à outrepasser les frontières, sans les abolir.

Dans cet exposé, je présente quelques résultats de mes analyses sur les représentations sociolinguistiques chez les apprenants et les formateurs de français de nationalité soudanaise dans le cycle universitaire. J’essaie d’appréhender le rapport singulier du sujet à la langue.

J’aborde l'implication de ces représentations sur le choix de la langue française et les pratiques langagières qui apparaissent dans le répertoire verbal des étudiants en tant que « être parlant » et « parlêtre » désirant de la langue. Je m’inscris dans une approche didactique de contextualisation et de plurilinguisme. Dans cette optique, l’interprétation du monde social, la prise en compte des représentations de soi et de l’autre (identité complexe ) servent de fils conducteurs à notre réflexion. Une approche d’interdisciplinarité et de réflexivité (herméneutique ) qui rend réflexive le rapport du sujet à la langue selon son expérience et son histoire nous est essentielle. Nous nous appuierons sur les résultats de nos enquêtes par questionnaire auprès de 114 étudiants de français et des entretiens du focus group avec 12 enseignants. L’exploration du corpus est basée sur les méthodes de l’analyse du discours, notamment à travers la notion de dialogisme . La dynamique des représentations sociales des langues peut être prise comme configuratrice des rapports entre différentes cultures. Dans ce sens, la prise en compte des représentations de l’étranger est essentielle dans un enseignement de langue orienté vers une ouverture réelle à la culture étrangère, et non à ses stéréotypes. Mots clés : Plurilinguisme, imaginaire linguistique, pratiques langagières, identité, altérité.

2) Julien AUBOUSSIER:

La théorie des discours sociaux (Delforce, Noyer) souffre selon nous de ne pas prendre en compte assez finement les processus de régulation du discours social. Réfléchir aux dynamiques socio-discursives qui animent l’espace public exige en effet de porter une attention particulière aux phénomènes d’intégration ou de coercition discursive. L’article revient ainsi sur la tension qui s’exerce entre les tendances hégémoniques et centrifuges du discours social (Angenot) et le dynamisme des discours sociaux périphériques. Étudier la relation centre/périphérie, c’est rendre compte de la conflictualité qui anime et alimente l’espace public discursif.

3) Jean-Marie VIPREY :

Argument à venir